Baisse du nombre de classes fermées, record de décès en Russie… Le point sur la pandémie

Les compteurs reviennent progressivement au vert. Quelques semaines après la rentrée scolaire, moins de 2 400 classes sont fermées à cause de l’épidémie de Covid – un chiffre en baisse par rapport à la semaine dernière. Alors que la métropole reste prudente sur la question des restrictions sanitaires, la Polynésie française s’écharpe sur la stratégie à adopter pour endiguer le virus. Ailleurs dans le monde, la situation épidémique en Russie reste compliquée. Le pays enregistre un nombre de cas quotidien de Covid-19 record et la campagne de vaccination dans le pays piétine. De son côté, Cuba approuve un nouveau sérum local destiné aux convalescents du Covid-19. Tour d’horizon.  

  • Moins de 2 400 classes fermées en France

Moins de 2 400 classes (2 366) étaient fermées jeudi à cause de l’épidémie de Covid-19, un chiffre en baisse par rapport à la semaine dernière et qui représente 0,45% des classes du pays, a annoncé vendredi le ministère de l’Education nationale. Près de 3 300 classes (3 299) étaient fermées il y a une semaine, soit 0,63% des classes du pays, selon les chiffres du ministère. Dans ce point hebdomadaire, le ministère indique par ailleurs que 19 structures scolaires (18 écoles et un collège) sont fermées à cause de l’épidémie de Covid, soit 0,032% des établissements.  

Enfin, 4.154 des 10 700 collèges et lycées ont proposé « un parcours vaccinal » aux élèves. Pour la rentrée scolaire, le ministère a retenu le protocole sanitaire de « niveau 2 » (sur 4) qui autorise tous les élèves à être accueillis en présentiel et leur impose le port du masque en intérieur, sauf en maternelle. Cette obligation en primaire pourra être levée à partir du 4 octobres dans les écoles des départements les moins touchés (taux d’incidence stabilisé au-dessous de 50 cas pour 100 000 habitants). 

  • Polynésie : tensions politiques autour de la stratégie anti-covid

L’assemblée de la Polynésie française a ouvert jeudi à Papeete sa session budgétaire, une première séance dominée par la stratégie anti-covid, tandis que 400 opposants à l’obligation vaccinale manifestaient devant l’institution, selon la police. La session budgétaire s’ouvre traditionnellement par des discours de politique générale du président de l’assemblée et du président de la Polynésie française.  

Cette fois-ci, ces discours ont surtout porté sur l’épidémie, les vaccins, les traitements et le docteur Jean-Paul Théron. L’arrestation musclée de ce médecin dans un centre de soins, lundi à Tahiti, puis sa garde à vue, ont choqué en Polynésie. Le Dr Théron prescrit de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine. Il fait l’objet de plusieurs plaintes, notamment du Conseil de l’ordre des médecins, pour « pratique de médecine foraine ». Mais selon le procureur de la République Hervé Leroy, il n’a pas été placé en garde à vue pour cette raison : son interpellation est liée à des violences sur un huissier. 

  • Autriche : le chef de l’extrême droite s’offusque qu’on le croie vacciné en douce

Le chef de l’extrême droite autrichienne Herbert Kickl a brandi vendredi à la télévision un certificat médical prouvant qu’il n’avait pas d’anticorps de Covid-19, afin de « couper court aux rumeurs » selon lesquelles il se serait fait « vacciner en secret ». Seul pourfendeur de la vaccination à ce niveau de responsabilité dans ce pays d’Europe centrale, le responsable du Parti autrichien de la liberté (FPÖ) a convoqué la presse pour rétorquer à « une attaque frontale contre sa crédibilité ». 

Selon lui, un opposant politique a répandu le bruit qu’il aurait reçu une injection, contrairement à ce qu’il affirme publiquement depuis des mois. Inadmissible pour l’ancien ministre de l’Intérieur, qui a porté plainte contre l’intéressé. Pour prouver sa bonne foi aux électeurs, Herbert Kickl a diffusé une vidéo le montrant en train d’effectuer une prise de sang, puis un médecin attestant de l’absence d’anticorps. Une copie des résultats de laboratoire a également été distribuée aux journalistes. 

  • Nouveau record de décès quotidiens en Russie

La Russie a enregistré vendredi un nouveau record de morts quotidiennes dues au Covid-19, la vaccination restant poussive et les mesures de confinement absentes malgré la vague du variant Delta qui frappe le pays depuis juin. Selon le bilan quotidien fourni par le centre de crise du gouvernement russe, 828 personnes sont mortes du nouveau coronavirus ces 24 dernières heures. Le précédent record de 820 morts avait été atteint deux fois, les 23 septembre et 26 août 2021. La Russie est le pays le plus endeuillé d’Europe. 

Au total, 202 273 personnes ont péri des suites du Covid-19 depuis le début de la pandémie, selon une définition restrictive, donnée par le gouvernement, des décès dus au Covid-19. L’agence russe des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large, faisait état de plus de 350.000 morts à la fin juillet 2021. Depuis juin, la Russie est frappée de plein fouet par le variant Delta du coronavirus, réputé plus contagieux, et ne parvient pas à enrayer sa progression. Le nombre de nouveaux cas atteignait vendredi 21 379. La vaccination, sur fond de défiance à l’égard des autorités, piétine depuis des mois malgré la conception de plusieurs vaccins nationaux. D’après un décompte du site Gogov seulement 28,4% de la population russe est totalement vaccinée à ce jour. 

  • Cuba approuve un vaccin local destiné aux convalescents du Covid

L’autorité cubaine de régulation des médicaments (Cecmed) a donné jeudi l’autorisation d’usage en urgence de son vaccin Soberana Plus, développé localement, pour les convalescents du Covid-19 âgés de 19 ans et plus. Ce vaccin sera administré, en une seule dose, aux patients remis de la maladie, « deux mois ou plus après leur rétablissement », a précisé le Cecmed dans un communiqué. La décision est prise car « il a été démontré que (ce vaccin) répond aux exigences de qualité, de sécurité et d’immunogénicité pour ce groupe de population », a-t-il ajouté, « avec des éléments bénéfiques en termes d’immunologie contre le risque potentiel de réinfection par les nouvelles variantes du virus, plus transmissibles ». 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l'app

Télécharger l’app

Soberana Plus avait déjà été approuvé par le Cecmed comme troisième dose de renfort après deux premières doses de Soberana 2, autre vaccin cubain également autorisé sur l’île. Un troisième vaccin local, Abdala, a, lui aussi, reçu le feu vert de l’autorité de régulation des médicaments. Non reconnus par l’OMS, ces vaccins reposent sur une protéine recombinante, la même technique sur laquelle travaillent l’Américain Novavax et le Français Sanofi. Ils ont, selon les scientifiques cubains, une efficacité supérieure à 90% pour empêcher l’apparition de la maladie avec symptômes. 


Opinions

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et éditeur de la Monday Note.Frédéric Filloux

Chronique

par Christophe Donner

Chronique

Pour Sylvain Fort, si les Américains sont nos alliés, ils ne sont pas nos amis.Par Sylvain Fort

Chronique

Agnès Buzyn a été mise en examen par la Cour de la Justice de la République. Un scandale en soi ? Pas si simple, dit notre chroniqueur François Bazin.Par François Bazin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − trois =